Fin de partie pour le parking facile route de Lausanne!

Les interdits sont entrés en vigueur sur la route de Lausanne et au Vengeron. Reste à les faire respecter…

Et voilà c’est fait!

 

L’interdiction de stationnement est entrée en vigueur le 31 mai. Les automobilistes n’ont toutefois pas encore changé leurs habitudes.

C’est un tronçon long de trois kilomètres à la sortie de Genève qui nécessitait une remise à l’ordre. En théorie, le travail a été fait. Avant l’été, les places de parking le long de la route de Lausanne ont été supprimées. Plus loin, au Vengeron, la Direction générale des transports a pris un arrêté pour interdire le stationnement de nuit aux portes de la ville. Il s’agit notamment de lutter contre les véhicules ventouses qui exploitent les lieux comme s’il s’agissait d’un P+R gratuit.

Sur le bitume, les choses se compliquent. L’interdiction de stationnement le long de la route (environ 140 places sacrifiées jusqu’à Genthod) vise d’abord à protéger les cyclistes. Sur cette route cantonale très prisée mais considérée comme dangereuse, une simple ouverture de portière peut causer un drame. Aujourd’hui, le constat est que les automobilistes sont encore nombreux à se garer le long de ce mur. «Nous effectuons des observations régulières et il est vrai que beaucoup ne respectent pas la réglementation, constate Benoît Lacas, de la direction régionale Lac-Rhône. Mais nous travaillons avec la police afin de changer les habitudes.»

 

Se garer sous le viaduc

 

Revers de la médaille, le Reposoir est amputé des places qui permettent l’accès à sa plage et à son restaurant. «Je suis triste pour les utilisateurs de la plage ainsi que pour les gens qui viennent pour profiter de la terrasse de mon établissement, déplore Damien Bisetti, patron du restaurant. L’avenir dira si la mesure est adéquate, poursuit-il. Je constate simplement que l’on veut créer un trottoir réservé aux piétons. Or, personne ne vient ici à pied. Les piétons sont ceux qui descendent de leur voiture.»

Quelques centaines de mètres plus loin, au Vengeron, la question du parking est un casse-tête qui dure depuis près de trente ans. Car jusqu’alors, la septantaine de places face à la plage servait davantage de dépôt gratuit et à durée illimitée. Mais «enfin, les choses vont bouger et devenir vivables», souffle Yvan Killisch, propriétaire de l’école de voile située au Vengeron. Car l’ensemble de mesures prises par l’Etat et la Commune de Pregny-Chambésy incluent une interdiction de s’y parquer la nuit. De quoi assurer des places aux utilisateurs de la plage et faire déguerpir les voitures, camions et remorques qui occupaient l’espace sans limites? Sur place, une remorque immatriculée en Moldavie et sa voiture poussiéreuse invitent à la patience. «La mesure nécessite plusieurs semaines d’adaptation», avertit la Direction générale des transports. Yvan Killisch, lui, se souvient d’une voiture anglaise qui a végété un an durant dans le parking du Vengeron. «Des gens d’ici en avaient tellement marre qu’ils lui ont dégonflé les pneus. Ainsi, une remorque pouvait l’enlever. Car seule une voiture qui ne peut plus se déplacer contraint les autorités à la retirer», explique-t-il.

En face, la surface sous le viaduc autoroutier est redevenue un parking (35 places voitures, 66 deux-roues). Aujourd’hui, si la situation paraît bricolée à l’aide de rubans et écriteaux plastifiés, c’est que «la décision a été prise en catastrophe avant l’été pour faire face à la demande», reconnaît Jean-Yves Goumaz, directeur de la Fondation des parkings. Dès lors, l’Office fédéral des routes (Ofrou) n’a délivré qu’une autorisation provisoire pour exploiter cette surface qui faisait déjà office de parking avant les années 1990.

C’est seulement lorsqu’un dispositif anti-incendie aura été installé que de véritables horodateurs réguleront le stationnement. Pour l’heure, un agent de sécurité veille sur les entrées et sorties le week-end; la solution provisoire devrait prendre fin prochainement.

 

Transports publics absents

 

Ces mesures, la Commune de Pregny-Chambésy les attendait depuis plusieurs années. Aujourd’hui, elle salue cette volonté de renforcer la sécurité et de lutter contre les voitures ventouses. «Le seul point négatif est la diminution des places», constate Philippe Schwarm, conseiller administratif, invitant désormais à «réfléchir à un accès à ces belles plages en transports publics».

Quoi qu’il en soit, les contrevenants commencent à trouver des contraventions sur leur pare-brise. Et les polices municipales se préparent à intensifier les contrôles à la rentrée.

Lire la suite Sommaire

Je loue ma place de parking pour augmenter mes revenus.

GO !

Autres articles